La guilde Papys Warriors sur TESO


    [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Partagez
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Jeu 23 Oct - 16:26

    Comme je vous l'avais promis, je vais vous faire part du Livre que Yoshi écrit actuellement. Ce livre à un lien direct avec le RP que j’effectue avec un autre joueur qui viendra, je l'espère, nous rejoindre chez les Papy. Je ne vais pas vous mettre la totalité du texte en une fois, il y a 18 chapitre. Sans parler du Rp en temps +- réelle que nous faisions sur le fofo de mon ex guilde. (18 pages de forum à compter de 4 à 5 textes par pages)




    Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Par Yoshi Camui.

    Sundas, 27 Morning Star 2E 584
    (Ere Yamato dans Mon pays)

    ________________________________________

    Préface

    Avant que vous lisiez ce livre, je tenais à vous informer d’une petite chose. Je vais souvent utiliser des termes, des mots, des proverbes, … en Rōmaji.

    Petite leçon de prononciation :

    On prononce toutes les syllabes. Le "u" se prononce « ou » et le "e " se prononce   "é " Attention pour certains mots le « u » est muet exemple : Gozaimasu

    ________________________________________

    Prologues

    Je suis né à l’aurore en été il y a de cela 26 ans,  sur l’île de Yakushima loin de Tamriel, par-delà la Grande Mer. Ma mère est morte en couche et mon père, l’empereur Jinmu Camui ne s’est jamais remarier. Mon père était le descendant de la déesse Amaterasu, ma famille régnait depuis des décennies sur cette petite île. Mon père ayant été tué au combat, je suis maintenant le dernier descendant de la lignée Camui et de notre déesse du Soleil Amaterasu. Je reviendrai plus tard sur les faits qui ont amené à la destruction totale de ma Terre, ainsi que sur la religion que nous y pratiquions.

    ________________________________________

    Yakushima …

    Ce nom résonne en moi et me fait encore souffrir.

    Yakushima était une petite île de 505 kilomètre carré, de forme pentagonale, nous étions un peu plus de 14 000 habitants ce qui n’était pas énorme. Mon peuple était les Rōmaji, notre langue portait le même nom.

    Je ne sais pas pourquoi, tout le monde me confond avec un Akaviroi, mon peuple à toujours porter le nom de Rōmaji depuis la nuit des temps.

    Je pousse un grand soupire rien qu’en me souvenant de mon île, que j’aimais mes terres, elles étaient si magnifiques, couverte d’une forêt dense, de petits ruisseaux, de rivières de lacs, …

    Un des arbres de cette forêt, selon les légendes, avait plus de 2 300 ans d’existence, il portait le nom de  Jōmon Sugi. Nous avions aussi un autre arbre étrange, sa particularité était que sa sève était froide, quand on se collait à celui-ci par une journée de chaleur torride le tronc était très froid, nous l’avions appelé Himeshara.
    Personne n’a jamais su expliquer ce phénomène.

    Yakushima était souvent sous la pluie, c’est pour cette raison que nos forêts étaient si denses et verdoyantes, peuplées de beaucoup d’animaux, comme des petits singes, des cerfs, la faune était de toute beauté avec ses fleurs aux milles couleurs, ses superbe lotus dans les lacs, …

    Un proverbe de chez nous disait : il pleut 35 jours par mois à Yakushima…

    Tout allait bien, les Kamis (divinités) veillaient sur nous, nous apportait tout ce dont nous avions besoin dans la nature, poissons, viande, fruits, légume, …  

    ________________________________________

    Le Shintoïsme

    Je vais essayer de vous résumer ce qu’est le Shintoïsme en quelques lignes, ce qui ne va pas être simple.

    Le Shintoïsme est essentiellement polythéiste. Le concept majeur du Shintoïsme est le caractère sacré de la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l'homme dans l'univers : être un élément du grand tout.

    Ainsi, un cours d'eau, un astre, un personnage charismatique, une simple pierre ou même des notions abstraites comme la fertilité peuvent être considérés comme des divinités (Kami).

    Les Kami les plus largement connus sont les dieux et déesses anthropomorphiques apparus durant ce que les textes anciens appellent "'âge des dieux". Ce temps des origines, quand les divinités vivaient sur la terre avant d'instaurer le règne de leurs descendants mortels (les Empereurs) et de se retirer dans leurs domaines célestes, est raconté dans les récits épiques du Kojiki et du Nihon Shoki, de même que l'histoire des dieux et déesses du Shinto. La plus importante divinité engendrée par Izanagi et Izanami, fut la déesse solaire Amaterasu, (celle qui fait briller le ciel), la principale divinité du Shinto.

    Les Kami de "l'âge des dieux" sont les Amatsukami (Kami célestes) et les Kunitsukami (Kami terrestres). Amaterasu fait partie des premiers, la déesse gardienne de Yakushima et de ses Empereurs. D'autres dieux notables sont Inari le dieu du riz et de la fertilité, Hachiman le dieu guerrier, ainsi que les Sept Dieux de la Chance dont Daikokuten, Ebisu , Benten , et Bishamonten (l’un des trois dieu de la Guerre) y sont très populaires.

    ________________________________________


    Dernière édition par Yoshi Camui le Dim 26 Oct - 16:22, édité 1 fois
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Sam 25 Oct - 14:01

    Chapitre I
    L’enfance d’un Prince





    J’ai donc grandit sans mère, mon père a fait venir plusieurs personnes pour parfaire mon éducation qui a commencé quand j’étais très jeune.

    Etre le fils d’un Empereur n’est pas si simple que cela.

    Entre les cours pour apprendre à lire et écrire en Kanji et en Rōmaji, des cours de musique (je me suis spécialisé au Yokobue), de maintien en société, de langues, d’équitation, j’ai dû apprendre la forge, la couture, le travail du bois,… Malgré tout cela j’étais heureux, j’avais tous ce que je désirai.

    Pour ce qui est de mon éducation au combat, je fus formé par des Moines et le Maître d’Arme et Stratège de mon père Kenshin Uesugi.

    Les moines combattant du clan Camui, m’ont formé à notre religion le Shintoïsme, au combat à main nue qu’ils appelaient Taijutsu et à l’art du Reiki (Guérisseur Soigneur).

    Ils m’ont enseignés la méditation, cette pratique permet d'atteindre l'illumination de façon naturelle, en permettant au pratiquant de pénétrer progressivement dans la dimension spirituelle de l'Univers, tout en vivant une vie normale et équilibrée, proche de la nature.

    Kenshin Uesugi, Stratège et Samouraïs du clan Camui de la cours de mon père, était très célèbre pour ses prouesses sur le champ de bataille, son expertise militaire et stratégique, ainsi que sa foi en Bishamonten, le dieu de la guerre. Mais il était aussi un alcoolique notoire…

    Il m’apprit l’art du Bō-jutsu, le combat au bâton, tout du moins quand il était sobre. L'entraînement était basé sur l'apprentissage des Kata, séquences de combats codifiées contre un ou plusieurs adversaires. Il m’enseigna aussi la stratégie, le maniement d’autres armes, …

    Kenshin n’était pas le seul Samouraïs de la cours, le Shogun se composait de plusieurs nobles de Yakushima ainsi que de mon père. Notre devise était : « Rapide comme le vent, silencieux comme la forêt, féroce comme le feu, stable comme la montagne ».

    Tous les soirs nous buvions ensemble le Saké. En racontant nos prouesses au combat, on discutait stratégie ou on peaufinait les systèmes de défense, … Kenshin s’en donnais à cœur joie avec le Saké parfois même jusqu’au petit matin.

    C’est à ce moment-là que mon père m’enseigna Les sept vertus du Bushidō que je pratique encore aujourd’hui :

    Droiture (義, Gi)
    Courage (勇, Yū)
    Bienveillance (仁, Jin)
    Politesse (礼, Rei)
    Sincérité (誠, Makoto)
    Honneur (名誉, Meiyō)
    Loyauté (忠義, Chūgi)

    Mon père m’a aussi révélé qu’en tant que descendant d’Amaterasu j’avais certains dons pour la magie du Courroux de l’aube, qui est directement lié à notre Déesse du Soleil. Le sort Prison Solaire étant le plus puissant. Mais malheureusement mon père n’a pas eu le temps de tout m’expliquer.

    Certaines choses m’ont été révélées par accidents avec ma compagne Minuit. Je suis certain que j’ai d’autre pouvoirs enfuit au plus profond de mon être. Je les découvrirai peut être un jour, qui sais …

    Je m’entendais très bien avec Kenshin, malgré son petit problème de boisson. Il était de très bons conseils. Plusieurs phrases qu’il m’a dites à l’époque me sont revenues à l’instant :

    Même une longue vie de prospérité n’est qu’une tasse de Saké.

    Je ne sais pas ce qu’est la vie, ni la mort.
    ________________________________________


    Dernière édition par Yoshi Camui le Lun 27 Oct - 12:08, édité 3 fois
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Dim 26 Oct - 16:17

    Chapitre II
    Miyako, un amour impossible




    Malgré mon éducation poussée, j’avais quelques moments à moi.

    Etant petit à l’époque, huit ou neuf ans, je rejoignais souvent une petite fille de deux ans plus jeune que moi dans les jardins du palais, pour jouer ensemble. Elle portait le doux prénom de Miyako.

    Elle était la fille d’une des servantes du palais. Elle avait déjà un sacré tempérament pour son âge, peur de rien, arrogante, …

    Au fur et à mesure que nous grandissions tous les deux, des sentiments profonds s’étaient tisser entre nous. Pendant des années nous nous donnions rendez-vous dans les jardins du palais.

    Un jour, j’avais dix-huit ans, mon père commençais à insister, il fallait que je me trouve une épouse …

    Après mes cours, je me suis rendu dans les jardins. Miyako était là, je lui ai demandé de m’épouser. Elle me regardait les larmes aux yeux.

    Je ne suis qu’une servante Yoshi, je ne peux me marier avec le fils de l’empereur. Je sais ce que tu ressens pour moi. Mais …

    Elle fondit en larme

    Je suis désolée, Yoshi, je rentre dans l’ordre des Dragons d’Argents demain à l’aube. Je ne tiens pas à rester servante toute ma vie. Les seuls fois ou nous pourrions encore nous voir, ce sera sur les champs de batailles combattants cotes à cotes avec ton clan et mon ordre. C’est mieux ainsi pour nous deux crois-moi.

    Sur ces mots Miyako me tourna le dos en se dirigeant vers le quartier des serviteurs.

    J’ai parlé à Kenshin ce que qui s’était passé. Les mots qu’il m’a dits ce jour-là je ne les oublierai  jamais :

    Onnagokoro to akinosora. Kōinyano gotoshi. Wasureru uchi  no Touguu.

    Ce qui signifie : Le cœur des femmes ressemble au ciel d'automne, car capricieux.
    Le temps file comme le vent. Oublie là mon Prince.

    Je ne la revis plus pendant presque quatre ans.

    J’avais une dizaine de courtisanes mais aucunes ne me plaisais, toutes les trois nuits j’en avais une différente, parfois elles étaient deux. Mais je n’en retirais aucuns plaisirs. Mon père était désespéré. Par contre les courtisanes étaient toutes folles de moi, malgré que je fusse froid avec elles.

    Je n’avais que Miyako dans mon esprit.

    Je ne pouvais l’oublier, je pensais à elle sans arrêt.

    Que faisait-elle ? Comment se passait son entrainement au combat, Comment allait elle, … ?

    La vie continuait son cours, les années s’écoulaient, les courtisanes, les cours, les entrainements, ...
    ________________________________________


    Dernière édition par Yoshi Camui le Lun 27 Oct - 12:09, édité 1 fois
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Lun 27 Oct - 12:08




    Chapitre III
    Le raid contre Yakushima



    Une nuit, les Gongs des tours de gardes sonnèrent l’alarme. J’avais 22 ans à l’époque.
    Nous étions attaqués par le Clan Takeda venant de l’île au Nord-Ouest de Yakushima : Kuchierabujima.
    Leurs navires étaient en vue de nos côtes bannières au vent.

    Notre prospérité avait attiré la jalousie de son dirigeant : Shingen Takeda.

    Nous ne perdîmes pas de temps Kenshin, mon père et moi-même étions les premier à sortir de la citée. Arme en main.
    Mon père dit à ce moment-là

    Ils sont quand même nombreux, je ne sais pas si nous réussirons à les vaincre.

    Kenshin, se tourna alors vers l’Empereur, lui montra un objet fabriqué avec plusieurs brindilles d’osier essaya de le cassé et lui dit

    Cette chose est solide, même une pauvre petite brindille peut devenir très solide en s’alliant avec d’autres brindilles.
    Regardez autour de vous, Majesté, vos Samouraïs, vos Moines Combattants et même l’Ordre des Dragons d’Argent arrivent.


    L’Empereur hochât la tête.

    Vous avez raison Kenshin ensemble nous pourrons les vaincre.

    C’est là que je l’ai revue, après presque quatre années sans aucunes nouvelles d’elle.
    J’en fus bouche bée, ses cheveux noir ébène, descendant jusqu’aux milieux de son dos étaient attaché en demi queue de cheval.
    Son Kimono noir, était brodé de fils d’argent représentant les deux dragons entrecroisé de son ordre.
    Elle me lança un regard en me souriant, tout en agitant un éventail.
    Celui-ci était aussi de couleur noir et  les dragons entrecroisés de son ordre y étaient brodés avec des fils d’argent
    ainsi que son prénom en Kanji.

    Toutes les  Femmes de l’ordre des Dragons d’Argents avaient leurs propres éventails.
    Miyako portait un Katana et un Tantō d’excellente facture. Elle se tourna ensuite vers les ennemis qui approchaient.
    Elle était sereine, confiante.

    Kenshin vit que j’étais distrait et me rappela à l’ordre avant que mon père ne me voit :

    Le miroir est l'âme de la femme comme le sabre est l'âme du guerrier. Reprend toi uchi no Touguu

    Je repris mes esprits, et me concentrais sur la bataille qui allait suivre.

    Kenshin sortit une gourde de Saké et but plusieurs rasades, la remit dans sa poche et repris

    Je propose la formation de la Tortue

    Je dis

    C’est dépassé comme formation mais c’est efficace.

    Mon père approuva d’un signe de tête

    Kenshin s’approcha de la Maitresse de l’Ordre des Dragons d’Argent, il s’inclina avec respect

    Maîtresse Hiroharu, partez avec quelques-unes de vos meilleures archères au nord de notre position.
    Cachez-vous dans les dunes avec vos montures.
    Quand Shingen Takeda fera son apparition avec son armée, tuer une bonne partie de l’infanterie à distance.
    Ensuite galopez vers nous. Nous serons en formation. Vous irez vous placer immédiatement dans la deuxième ligne de défense.


    La Maîtresse de l’Ordre fit un signe affirmatif de la tête s’adressa à plusieurs femmes et partit vers le nord avec une bonne quinzaine d’archères.

    Ensuite Kenshin s’approchât du Maître des moines combattants il s’inclina

    Maître Masamichi, ramassez toutes branches d’arbres que vous trouverez, attacherez les ensemble avec une corde et reliez les à vos montures, les branchages doivent impérativement toucher le sol. Quand les Femmes de l’Ordre seront en vue, galopez autour de notre formation pour que nos ennemis soient aveuglés par la poussière et revenez vers nous le plus rapidement possible pour vous mettre en formation au centre avec l’Empereur et le Prince.

    Maître Masamichi, lui fit un signe de la tête et donna les instructions aux autres moines.
    Tous s’activèrent à leur tâche. En moins d’un quart d’heure les montures étaient prêtes à passer à l’action.

    Kenshin s’adressa ensuite à l’officier des soldats de l’empereur.

    Le premier groupe, vous serez en première ligne de défense derrière vos boucliers, vos naginatas (lance se terminant par une lame courbée)
    seront tourné vers les ennemis à la hauteur des garrots des chevaux bien calés dans le sol. Pendant ce temps  les archers tireront des flèches enflammées.
    Le deuxième groupe, sera la deuxième ligne de défense, vous serez aussi derrière une ligne de boucliers. Votre groupe sera composé d’archers et de soldat aux naginatas,  
    vous serez placée à 5 mètres de la première ligne de défense vous ferez la même chose que celle-ci mis à part que les lames des naginatas seront à la hauteur des jambes
    des chevaux et les cheville des ennemis. Au centre de la formation, aussi entourée de boucliers et de Naginatas placé aussi à hauteur des jambes des chevaux et des chevilles des ennemis,
    se trouveront les Samouraïs de la cours, les autres combattantes de l’ordre, les Mages de Guerre, les Moines, L’Empereur, Le Prince et moi-même.
    Dégainer vos katanas en cas d’incursion ennemie dans notre cercle.
    Pour les Moines au centre utiliser vos cordes pour désarçonner les ennemis.


    L’officier fit un signe de la tête et répartis les tâches aux soldats.
    Tout fut très vite mis en place, les navires du Clan Takeda venait de jetés l’ancre.


    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Mer 5 Nov - 16:10

    Chapitre IV
    La Première Bataille


    Shingen Takeda débarqua sur la plage avec son armée. Ils commencèrent à s’avancer vers la citée. Shingen envoya un éclaireur.

    Après deux bonnes heures l’éclaireur revint. Takeda cria

    Au Rapport !

    Mon Seigneur, aucun signe de vie dans les 2 kilomètres à la ronde et aucun signe des villageois non plus.

    Shingen vit alors une tortue sur le chemin de terre et de sable, il ria en disant

    A part les tortues ils ont tous fuit les lâches !

    Tous rirent de bon cœur mais …

    C’est à ce moment précis que la Maîtresse Hiroharu sortis de sa cachette chevauchant son superbe étalon noir et tua l’éclaireur d’une flèche en pleine tête devant Shingen. Les autres archères sortirent de leur cachette chevauchant leurs montures. Elles firent un véritable massacre dans l’infanterie du Clan Takeda. Elles se mirent au triple galop se dirigeant vers la citée.

    Un soldat de Takeda cria

    Il faut les poursuivre !

    Un autre cria

    C’est peut être un piège !

    Shingen cria à son tour

    Aurais-tu peur de quelques jeunes filles ?

    Ils galopèrent tous à la poursuite des jeunes femmes bannières au vent en criant.
    Après une bonne demi-heure de course poursuite, elles furent à portée de vue de la citée.

    Les Taïkos commencèrent la mélodie de la guerre dédiée à Bishamonten accompagné par les chants des moines trop âgés pour combattre. Ils nous donnaient le courage et la force de vaincre nos ennemis.



    Le signal fut donné, les moines s’activèrent galopant autour de la formation la poussière s’éleva dans les airs cachant tout ce qui s’y trouvait. La formation de l’armée était impossible à voir. Les femmes et les moines se divisèrent en deux groupes et partirent à gauche et à droite enveloppé de cette poussière, contournèrent la formation en tortue, par l’arrière pour rejoindre leurs lignes respectives. Pendant ce temps les soldats de Takeda continuaient tout droit complètement aveuglés par cette poussière. Droit sur le piège que leur avait tendu Kenshin.

    Kenshin hurla

    Pas de quartier ! Tirez !

    La première salve de flèches enflammées tua un grand nombre de soldats ennemis

    Tirez !

    La deuxième en fit autant

    Et ainsi de suite jusqu’à ce que des chevaux ennemis s’empalent sur les lames des naginatas.

    Une brèche fut ouverte, les hommes de Takeda, se ruèrent vers la deuxième ligne de boucliers, les flèches enflammées continuaient à être tirées par nos archers. Les soldats de mon clan aux naginatas, les sortirent de derrière les boucliers et entaillèrent les jambes des chevaux ainsi que des soldats ennemis. Quand la deuxième ligne de bouclier fut brisée les combattants du centre se ruèrent dans le combat. Les Moines lancèrent leur lasso pour désarçonner les cavaliers, les soldats sortirent leur katana, certains moines se battaient à mains nue, …

    Mon père et moi-même combattions cote à cote. Miyako était devenue une furie et tua un nombre impressionnant d’ennemis. Takeda m’ayant repéré avec mes sort de soins se préparait à lancer un javelot dans ma direction, mais Kenshin le désarçonna juste à temps. Ils s’engagèrent tous deux dans un duel au Katana. Mais un des archers du clan Takeda toucha Kenshin plusieurs fois Kenshin, il s’écroula sur le sol.

    Mon père se rua alors sur Shingen et le duel repris de plus belle. Plusieurs minutes après, le clan Takeda fut pratiquement anéanti.  Je laçai de suite un sort de soins sur Kenshin qui reprit connaissance, lui enleva les flèches de son corps, il sortit sa gourde à Saké et but plusieurs grande rasades.

    Quel beau combat par tous les Kami de l’Univers ! Tu veux boire un coup Yoshi ?

    Non merci Senseï

    Acceptant sa défaite, Shingen Takeda s’agenouilla devant l’Empereur et moi.

    Mon père lui dit

    Le vrai courage consiste à vivre quand il est juste de vivre, à mourir quand il est juste de mourir.
    Tu as bien combattu mais tu as échoué.


    Shingen prit son Tantō le sourire aux lèvres et se donna la mort en regardant mon père droit dans les yeux. Tel est la tradition du Bushidō, le rite du seppuku qui permet à un guerrier vaincu de se donner la mort et de pouvoir ainsi mourir avec son honneur, le vainqueur abrégeait ensuite ses souffrances si besoin, ce qui ne fut pas le cas ce jour-là.

    Quand tout fut terminé je me suis dirigé vers Miyako pour lui parler.
    La Maîtresse Hiroharu, nous regardait d’un mauvais œil mais ne dit rien.

    Je pris Miyako par la main l’entrainant loin de tout le monde.

    Miyako … Je …

    Elle déposa sa main sur ma bouche pour me faire taire

    Chuuuut, Yoshi, je sais ce que tu vas me dire…

    Je dégageais sa main de ma bouche

    Je t’aime Miyako, je n’arrête pas de …

    Yoshi s’il te plait, moi aussi je t’aime mais cela n’ira jamais plus loin entre nous. Parce que je ne suis pas de sang noble, je ne peux épouser le fils de l’empereur. Qui plus Je suis montée en grade dans l’Ordre et tu le sais aussi bien que moi, Les Dragons d’Argent doivent restées pures, tel est le serment que nous avons toutes faites.

    Miyako, je t’en prie …

    Arrête de te faire du mal, Yoshi, c’est pour éviter ce genre de choses que je me suis donnée à l’Ordre des Dragons d’Argent, comprend tu maintenant ?

    Je … oui je comprends mais nous reverrons nous un jour ?

    Certainement, sur un champ de bataille, dans quelques semaines, mois, années qui sait …

    Miyako me fit un grand sourire pour cacher les émotions qui l’envahissaient. Elle s’inclina

    Sayonara uchi no Touguu.

    Elle me tourna le dos et partis rejoindre la Maîtresse de son ordre.
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Mar 11 Nov - 4:02

    Chapitre V
    La dépression





    Après avoir fêté notre victoire, je suis tombé dans une grosse dépression, je ne pouvais m’empêcher de penser à elle. Je n’avais plus que des séances d’entrainement et de méditation. Le reste du temps, je le passais à errer dans les jardins du palais, dans les rues de la citée, je buvais énormément de Saké. J’étais désagréable avec tout le monde, j’eu plusieurs aventures sans lendemain avec des filles de joies, des courtisanes, …

    Une grosse partie de la gente féminine de la citée me couraient après, mais je n’en n’avais absolument rien à faire. Kenshin avait tout essayé pour sortir de cette mauvaise passe. Mais il n’y parvint pas. J’avais vingt-quatre ans.

    Mon père et Kenshin, en eurent assez de me voir dans cet état. Ils firent venir Miyako d’urgence au palais. Pour me parler et essayer de débloquer la situation. Mon père avait préparé le Shogun du palais pour nous deux.

    Nous étions assis l’un en face de l’autre. La table basse entre nous ou brûlait quelques barrettes d’encens. Dans le fond de la pièce un autel était dédié à Bishamonten.

    Nous nous sommes dévisagé pendant un long moment dans le silence
    Plus les années passaient plus Miyako gagnait en beauté.

    Par Izanami et Izanagi comme j’étais fou amoureux d’elle.

    Yoshi je t’en prie … Tu es occupé à te faire du mal pour quelque chose qui n’arrivera jamais entre nous … Reprend toi s’il te plait. J’ai honte pour toi de te voir dans cet état.

    Je baissai la tête

    Yoshi … Rappelle-toi Les sept vertus du Bushidō... Tu es occupé à transgressé le Gi, le Jin, le Meiyō et le Chūgi. Tu déshonore ta famille et tes ancêtres avec tes bêtises. Tu en es conscient au moins ?

    Oui, je l’admets, j’ai pris le mauvais chemin.

    Uchi no Touguu, je ne veux pas avoir ta mort sur ma conscience tu comprends ?

    Pardon ?

    Ton père est à deux doigts de te demander le Hara-Kiri pour avoir déshonorer ton clan et tes ancêtres… Réagis par Omoikane.
    Spoiler:
    Omoikane : Déesse de la Sagesse

    Je pâlis, totalement retourné par cette révélation.

    Ton père t’aime Yoshi, va lui demander pardon et oublie moi une bonne fois pour toute.

    Je gardais le silence, Miyako se leva, s’approcha de moi et s’agenouilla. Elle tourna mon visage vers le sien et m’embrassa.

    Elle se releva en disant

    C’est le seul cadeau que je peux t’offrir Yoshi, mais cela n’ira jamais plus loin.

    Elle me tourna le dos se dirigeant vers la sortie

    Sayōnara uchi no Touguu.

    J’ai murmuré

    Sayonara... Aishita taisetsu na hito.
    Spoiler:
    Adieux … Ma bien aimée.

    Mon père et Kenshin sont arrivés quelques minutes après le départ de Miyako.

    Je me suis agenouillé aux pieds de mon père

    Père j’ai été stupide, pardonnez-moi. Je me suis égaré du droit chemin.

    Relève toi mon fils nous avons une proposition pour toi, pour racheter tes fautes et retrouver ton honneur.

    Kenshin pris la parole

    Soit heureux que l’on ne te demande pas le Hara-Kiri, prépare toi à ce qui va suivre, Yoshi...
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Lun 17 Nov - 0:51

    Chapitre VI
    La décision



    Mon père claqua des mains, Maître Masamichi fit irruption dans le Shogun, s’inclina devant mon père. Nous prime place autour de la table basse.

    Mon Fils pour te faire pardonner et retrouver ton honneur, je vais t’envoyer en pèlerinage.

    Kenshin reprit

    Tu ne pourras rien emporter avec toi mis à part ton Kimono, ton bâton et la carte de Yakushima.

    Mon père reprit

    Tu seras seul, tu devras te débrouiller pour survivre jusqu’à ta destination finale.

    Je baissai la tête

    Qu’il en soit ainsi père.

    Je laisse la parole à Maître Masamichi pour la suite.

    Maitre Masamichi déroula une carte de Yakushima

    Nous sommes ici et tu devras te rendre au sommet du mont Miyanoura-dake qui se trouve ici au Nord. Plusieurs autels dédiés aux Kami seront sur ta route. Tu devras à chaque fois trouver un cours d’eau assez proche de chacun d’eux pour effectuer le rituel du Misogi pour te purifier de tes fautes et des Kegare (impuretés) qui sont en toi actuellement. Pendant ce rituel tu réciteras l’Oharai Kotoba trois fois. Ensuite tu iras à autel et tu y méditeras pendant trois heures. Tu devras faire cela à chacun des autels que tu croiseras sur ta route. Au sommet, tu trouveras un Sanctuaire Shinto dédié à Amaterasu et tu y resteras une année. Tu te plieras aux règles du Sanctuaire et des Moines. Cela te remettra sur le droit chemin. Une fois que cela sera fait, tu reviendras au Palais.

    Je le ferai

    Maître Masamichi, me tendit la carte, je la pris

    Père termina par ces mots

    Tu partiras à l’aube, maintenant va-t’en je ne veux plus te voir.

    Je me suis levé me suis incliné et sorti du Shogun tête baissée. Me dirigeant dans ma chambre.

    Deux courtisanes étaient présentes et m’attendaient sur ma couche
    Je les ai regardée l’une après l’autre

    Foutez le camp, je n’ai pas la tête à ça.

    Les deux courtisanes se rhabillèrent et sortirent précipitamment de ma chambre.
    Je fermai les yeux ravalant des larmes de colères en murmurant

    Qu’ai-je fais par tous les Kamis de l’univers … J’ai déshonoré ma famille, mon clan, mes ancêtres.

    On frappa à la porte

    Oui, entrer

    Kenshin entra et ferma la porte coulissante de ma chambre.

    Qu’as-tu fait à ces deux charmantes jeunes femmes pour qu’elles s’encourent comme cela ?

    C’est bon Kenshin sans commentaires. Je n’ai pas la tête à batifoler si tu vois ce que je veux dire.

    Nous nous sommes installés autour de la table basse, il sortit une bouteille de Saké et deux petits bols.

    Mouai, quoi qu’il en soit, tu as de la chance que ton père soit bon, wanpaku.
    Spoiler:
    (gamin)
    Allez prend toi une dernière cuite avec ton Senseï avant de partir pour ton pèlerinage.


    Il versa le saké dans les bols

    Kanpai Yosh ! Que les Kami te protègent pendant ta route.
    Je prierai Bishamonten pour qu’il veille sur toi.


    Je pris mon bol

    Merci Senseï, kanpai !

    Je le vidais d’une traite. Kenshin nous resservit

    Qu’est ce qui m’attendra là-haut Senseï ?

    J’en sais rien, ai-je l’air d’un moine ?

    Mffff non certainement pas.

    Ce sera certainement abstinence pendant une année à tout niveau Petit.

    Je vidais mon Saké en même temps que mon Maître

    Ça craint Kenshin …

    Tu n’avais pas qu’à faire l’idiot wanpaku surtout pour une femme.

    Je sais mais …

    Rhoooo c’est bon je connais la chanson mon Prince.

    Je ne sais même pas si j’y arriverai …

    Il remplit de nouveau nos deux bols. Il me regarda dans les yeux

    Le pic semble percer le ciel et le chemin qui conduit au sommet à nom Yoshi : persévérance. Retient ces paroles jeune héritier du trône.

    J’hochais la tête

    Aligato gozaimasu Senseï
    Spoiler:
    Merci beaucoup. Le "u" ne se prononce pas pour cela qu'il est barré

    Nous vidames notre bol en même temps, il reprit

    L'échec est la voie du succès; chaque erreur nous apprend quelque chose, mon Prince, tu sortiras plus sage de cette expérience, crois-moi.

    Il se mit debout s’inclina

    Oyasumi uchi no Touguu
    Spoiler:
    (Bonne nuit)


    Oyasumi à toi aussi Senseï.

    Kenshin sortit de ma chambre en fermant la porte coulissante
    Je pris mon Yokobue ferma les yeux et joua un air empreint d’une grande amertume que j’avais appelé Michi
    Spoiler:
    (chemin)
    ________________________________________
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Ven 6 Fév - 8:54

    Chapitre VII
    Une seule nuit, la dernière




    Je ne l’entendit pas arrivé par la porte arrière de ma chambre.

    Je jouais toujours du Yokobue. Elle se glissa derrière moi sans un bruit,
    s’agenouilla, écoutant ma musique.

    Quand j’eu fini, elle glissa ses mains sur mes épaules et se rapprocha de moi.

    Je lui murmurais

    Miyako ?

    Oui, Chuttttt Yoshi, je sais ce qui t’attend demain.

    Je me suis retournée sur elle.

    Elle me serra dans ses bras en m’embrassant.

    Je vais passez la nuit avec toi mais rien ne se passera entre nous, j’espère que tu comprends ?

    Oui je comprends

    Si jamais Maîtresse Hiroharu apprend que je suis actuellement avec toi, je me ferai exécutée tu en es conscient ?

    Oui, je jure sur Saruta-Hiko (Dieu de la Terre) que je ne ferai rien d’inconsidéré.


    Bien les choses sont claires alors.

    On frappa à porte.

    Shimatta ! Cache-toi dans la salle d’eau vite.

    Une Minute je vous prie je passe mon Hakama.(Pantalon du Kimono)

    Miyako s’exécuta aussi vite que le vent et se cacha dans la salle d’eau.

    Entrez !

    Une servante avec un plateau s’inclina

    Votre père m’envoi vous apporter votre repas du soir.

    Vous pouvez déposer votre plateau sur la table.

    Bien Maître Yoshi

    Merci, vous pouvez disposer

    La servante sortit, s’inclina et ferma la porte.

    Miyako sortis de sa cachette.

    Tu devrais manger Yosh, tu n’auras plus de bon repas pendant un long très long moment.

    Je sortis mes baguettes

    Oui tu as raison mais c’est de trop pour moi, il y a au moins une quarantaine de sushis tu m’aide ?

    Elle lui fit un sourire complice en sortant ses baguettes

    Comme au bon vieux temps hein ! Dans les jardins du palais quand ma mère nous en apportait.

    Nous avons rit de bon cœur, puis nous commençâmes à manger.

    Explique-moi, comment c’est dans L’Ordre des Dragons d’Argent ?

    Que veux-tu savoir ?

    Tous …

    Nous nous entraînons tous les jours au combat selon nos spécialités, nous avons une hiérarchie à respecter, des règles, comme tout soldat sauf que nous sommes des femmes. Chacune à sa chambre dans des petites cases éparpillées  dans les jardins autour d’un mur de protection avec des tours de gardes, c’est à peu près la même chose qu’ici.

    Je vois, vous avez des rituels ?

    Oui mais je ne peux en parler. Je transgresse déjà une des lois en étant ici avec toi, il ne faut pas m’en demander plus.

    Je comprends. Saké Miya ?

    Non Yosh c’est interdit aussi cela, juste un verre d’eau s’il te plait.

    Je lui servis un verre d’eau

    Ben dit donc vous ne devez pas beaucoup vous amuser dans votre Ordre …

    Elle me fit un petit sourire en coquin

    Ho que si on s’amuse mais à notre manière, je ne rentrerais pas dans les détails, navrée.

    Ne me dis pas que …

    Elle me regarda droit dans les yeux un petit sourire aux lèvres

    Mmmm peut être… ou pas, j’en ai déjà trop dit.

    Je me suis figé en entendant cela, bouche à moitié ouverte avec un sushi à quelque centimètre de celle-ci, j’ai serré mes baguettes tellement fort sans m’en rendre compte et le sushi valsa par terre.

    Elle éclata de rire

    Ben quoi, … Cela t’étonne ?

    Euh …

    Elle pouffa

    Laisse tomber Yosh, tu ne peux pas comprendre …

    Euh … si si je comprends mais …

    Mais quoi ?

    Comme dis le proverbe : Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence.
    Alors je m’abstiendrai.


    Mmmm, tu es philosophe maintenant … Cela m’étonne de toi.

    Je n’ai pas eu le choix dans mon « éducation » je te ferai remarqué

    Hoooo laaa laaa mon Prince pas besoin de prendre la mouche.

    Gomen (désolé), je suis nerveux pour demain, c’est tout.

    Bah arrête de stressé, je sais que tu y arriveras.

    Le repas terminé je fini la bouteille de Saké de Kenshin.
    Nous avons encore discuté de l’époque où nous étions des enfants.
    Nos jeux parfois stupides nous valurent quelques corrections venant de mon père ou de Kenshin à l’époque.

    Miyako prit la parole

    Allons-nous couchez Yosh …

    Elle me prit par la main

    Par contre tu gardes ton Hakama. Je n’enlèverai rien pour ma part, cela évitera les tentations.

    Ne t’inquiète pas, je sais me tenir, je sais ce que tu risques, je n’oserai jamais
    te mettre dans ce genre de situation, fait-moi confiance.


    J’enlevais les autres pièces de mon Kimono et garda l’Hakama. Je me suis allongé sur ma couche et Miyako me rejoignit.

    Elle posa sa main sur mon torse et déposa sa tête dans le creux de mon épaule.

    Yoshi ?

    Mmm ?


    Je ne serai certainement plus là quand tu t’éveilleras, ne m’en veux pas,
    mais je préfère partir avant qu’on découvre que j’ai passé la nuit avec toi.


    Je comprends, alors ai-je le droit de te voler un dernier baiser ?

    Je n’eus pas à le faire car ce fut elle qui le fit. Je le lui rendis.

    Miyako ?

    Mmm ?

    Dōmo arigatō (Merci Beaucoup), je suis dans le droit chemin maintenant, grâce à toi.


    Dō itashimashite uchi no Touguu
    (Je t’en prie mon Prince)


    Je murmura

    Aishiteru Miyako
    (Je t’aime)


    Elle garda le silence, reposa sa tête sur mon épaule,  je sentis des larmes glisser sur ma poitrine.

    Je mis mon bras autour de ses épaules et la serra contre moi.

    Je n’ai pas été plus loin. Car je la respectais, je respectais son vœux de chasteté.

    Aucuns mots n’étaient nécessaires. Je m’endormis sereinement.
    avatar
    Kenshin

    Messages : 228
    Date d'inscription : 21/10/2014
    Age : 40
    Localisation : Entre la Belgique et le Japon

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Kenshin le Sam 7 Fév - 15:11

    Chapitre VIII
    Yama-Uba, le Yôkai


    Quand je me suis réveillé, elle n’était plus là. Je me suis levé en m’étirant.

    Je fis quelques exercices d’assouplissement, grand écart, pompe, abdo, suivi d’un peu de Yoga.
    Je me rafraichi, passa mon Kimono, pris mon bâton, la carte et quitta le Palais sans me retourné.

    Je pris la direction du Nord comme l’indiquait la carte,  je devais traverser la forêt de Shiratani unsui-kyō, celle que l’on surnommait  Mononoke-hime. Car selon les légendes cette forêt serait la demeure du Yokaï Yama-Uba.

    Je marchais plusieurs heures, ne croisant personne. Je m’arrêtais de temps à autre quand je trouvais une petite source d’eau, des fruits, …

    L’après-midi était tombé sur la forêt et je vis le premier autel dédié à un Kami. Une petite plaquette de bois était suspendue à l’autel ou l’on pouvait lire en Kanji : Ame no uzume. La déesse de la gaieté.

    J’entendis au loin des petits flac flac, me dirigeant vers ces bruits d’eau je découvris un onsen,  une source chaude.
    Comme le Maître Masamichi me l’avait demandé, j’enlevais son Kimono et garda uniquement mon Fundoshi pour procéder au rituel du Misogi.

    Je me suis glissé dans la source d’eau chaude, commença à me frotter avec des herbes aromatiques trouvé en chemin et commença à réciter l’Oharai Kotoba au bout de la troisième fois je sortis de l’onsen et je vis une magnifique jeune femme en Kimono rouge brodé de fils d’or représentant des roses, assise sur une souche d’arbre. Elle me souriait et me demanda

    Que faites-vous ici voyageur ?

    Je fronçais les sourcils et lui retournant la question

    Et vous que faites-vous ici joshi ? (Jeune femme)

    Ho je ne fais que ramasser quelques herbes et aromates pour mes potions. Mais vous avez éludé ma question bidanshi. (Bel homme)

    Je ne suis qu’un pèlerin rien de plus.

    Elle ria en baladant ses yeux sur mon corps dénudé.

    Un pèlerin avec une stature pareille ? Laissez-moi en douter très cher.

    Je remis mon Kimono, quelque peu gêné par la situation et saisi mon bâton.

    Croyez ce que vous voulez ojousama. (Mademoiselle) Pardonnez-moi mais je dois partir.

    Elle pouffa

    Pour aller où ? Mmm ? Le crépuscule est bientôt là et la forêt est dangereuse la nuit venez me rejoindre dans ma maison vous ne le regretterez pas.

    Je m’inclinais poliment

    Je suis au regret de refuser votre invitation. Veillez bien m’excusez mais je m’en vais.

    Elle ria de plus belle.

    Comme vous le souhaitez, bonne route à vous.

    Merci pareillement.


    Je me dirigeais vers l’autel dédié à Shinigami. Le soleil commençait effectivement à décliner dans la chaleur moite de la forêt.

    Je m’installais en position du Lotus devant l’autel et commença ma méditation. Je sentis la présence du Kami, je le remerciai mentalement d’êtes avec moi. Je me mis en méditation profonde, faisant le vide dans mon esprit, retrouvant ma paix intérieur, mon véritable moi.

    Après trois heures, je sortis de ma méditation, j’ouvris les yeux, me mit debout et me retourna.
    La jeune femme se trouvait là près de moi assise sur un petit rocher. Elle me tendit quelques kakis * prédécoupés en me souriant. (Le kaki est le fruit du plaqueminier du Japon)

    Prenez se ne sont que quelques kakis rien de plus.

    Je n’en pris qu’un seul, et le goûta, ce n’était effectivement que des kakis sans ajout de quoi que ce soit.

    J’en pris un autre et encore un autre, j’avais faim.

    Je m’inclinai et la remercia.

    Dōmo arigatō, kanshashite imasu nanashi
    (Merci beaucoup, Je vous en suis reconnaissant inconue)


    Elle ria

    Quel est votre prénom ?

    Yoshi, du clan Camui

    Le clan Camui ? Vous êtes le Fils de l’Empereur Jinmu Camui ?

    Oui, et vous quel est votre prénom ?

    Je m’appelle Fujimi. Mon Prince me feriez-vous l’honneur d’être votre hôte pour cette nuit ? Ma maison n’est pas très loin.

    Je …

    Elle me prit la main et m’entraina dans un petit sentier en riant

    Ne soyez pas timide Mon Seigneur, je ne vous mangerai pas.

    Je me laissais donc guidé vers cette petite maisonnée.

    Que risquai-je avec une jeune femme aussi frêle que cette demoiselle ?

    -----------------------------

    Chapitre IX
    Kitsune, le petit Yôkai métamorphe.


    La petite maisonnée était proprette

    Mon Prince installez-vous, je vais procéder à la cérémonie du thé

    Ce que je fis, je m’installais autour de la table basse, pendant que Fujimi préparait son bouquet d’aromate.

    Je me sentais bien, je la regardais faire les gestes gracieux et subtile de la cérémonie en lui souriant.

    Elle me tendit une tasse que je pris, humant le parfum du bouquet. Je bus le breuvage à petite gorgée.

    Cette Fujimi est vraiment plaisante à regarder, je suis presque ensorcelé.

    Soudain je vis un renard blanc par la fenêtre, ses yeux étaient d’un bleu ciel envoûtant.

    J’entendis alors un petit murmuré dans mon esprit.

    Éloigne-toi d’elle jeune héritier d’Amaterasu, elle n’est pas ce qu’elle prétend être. Je suis Kitsune le Messager d’Inari.

    Je me souvins alors de la légende de Yama-Uba, du prénom que cette jeune femme m’avais donné : Fujimi signifie immortalité.

    Quel imbécile je fais, je me suis fait avoir comme un débutant.

    Mais il était trop tard, elle avait drogué le thé sans que je l’ai remarqué. Ma tête me tourna et c’est là que je vis sa véritable forme. Une vieille femme hideuse, ses cheveux longs étaient en bataille. Elle portait un Kimono rouge en lambeaux, dévoilant certaines parties de son corps rabougries, sa bouche béante était aussi large qu’une tête et elle en avait une deuxième sur son front.

    Je me lançais un petit sort de purge pour retrouver mes esprits, mais sans succès. Yama-Uba, avait déjà sa bouche béante grande ouverte pour m’avaler, je me reculais mais je fus bloqué par le mur, c’est alors que le petit renard blanc se précipita sur la fenêtre et la brisa, il se plaça alors entre moi et Yuma-Uba en grognant ce que je vis alors me cloua sur place le petit renard se transforma alors en un immense ours blanc, il se mit debout sur ses patte arrière en grondant et grognant.

    Tapis contre le mur je me secouais la tête pour essayer de dissipé ce tournis, je lançai alors une autre purge suivie de mon souffle de vie. Je mis un moment avant de retrouver mes capacités.

    Je me remis debout et dis calmement à Kitsune

    Reprend ta forme de renard et éloigne-toi

    Le petit Yôkai métamorphe ne se fit pas prier, repris sa forme de renard et sortit de la maisonnette.

    Je me tenais debout devant Yama-Uba le Yôkai

    Tu comptes faire quoi ? Hein tu crois que tu seras assez puissant pour me vaincre, laisse-moi rire.

    Je commençais mon incantation

    Yama riait de plus belle

    Kaku ibuki Hanachitewa neno kuni sokono kuni ni masu Hayasasurai Hime to iu kami mochi sasurai ushinaitem
    Kaku sasurai ushinaitewa kyo yori hajimete tsumi to iu tsumi wa araji to harai tamae kiyome tamau koto wo
    Amatsukami kunitsukami yaoyorozu no kami tachi tomo ni ama no yahirade wo uchi agete kikoshimese to mousu
    J’en appelle à la puissance de la Prison Solaire d’Amaterasu pour purifier ce lieu de cette abomination.


    Un grand fracas se fit entendre, le toit de la maisonnette vola en éclat, une énorme boule de couleur jaune orangé atterrit au pied du Yokaï, des pierres tournoyaient autour de ce qui était le soleil en miniature et consuma Yama-Uba.

    Son cri résonna dans la forêt, puis le silence revint.

    Je regardai autour de moi, fouillant partout et je trouvai un Tantō bien aiguisé que je pris avec moi.

    Je lançai un dernier regard au tas de cendre au sol et sorti de la maison qui était en ruine dès à présent.

    Kitsune m’attendais sagement plus loin.

    Je crois que tu vas avoir besoin d’un petit coup de main jeune héritier du trône. Ça te dit que je t’accompagne ? De toute façon tu devras quand même passé par l’autel de mon Maître Inari. Ce que Yama t’a dit est vrais, la forêt est dangereuse de nuit.

    J’en vois toute la vérité.

    Allez suit moi jeune Prince, je connais une petite grotte où nous serons à l’abri

    J’étais trop épuisé pour dire quoi que ce soit, je suivi donc mon nouvel ami. En chemin nous passâmes par un petit bosquet entouré de Bambous. Je repérai de suite celui qui me conviendrai le plus pour me fabriqué un Yokobue. J’en avais vraiment besoin, en jouant de cet instrument, cela m’apportait du réconfort. Je pris le Tantō et coupa un grand morceau de ce bambou.

    Nous arrivâmes alors dans une petite grotte contenant un petit lac d’eau douce.

    Contenu sponsorisé

    Re: [RP] Ma Vie ... Ma Terre Disparue ...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 19:27